forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Pokémon 25 ans : où acheter le coffret Mini Tin Célébrations ?
Voir le deal

 

 Inflexion de salutation gauloise

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
tasgos

tasgos

Nombre de messages : 311
Age : 38
Localisation : inter allobrogei ac lemouicei
Date d'inscription : 18/01/2016

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptyMer 22 Avr 2020 - 15:44

Inflexion de salutation gauloise

Pline l’ancien, livre XXVIII, chapitre V, paragraphe 3 "Pour saluer nous portons la main droite à la bouche, et nous tournons tout le corps à droite; inflexion que les Gaulois font à gauche, la regardant comme plus religieuse"

Je ne sais pas s'ils laissaient la main sur la bouche ou s'ils la baissaient lorsqu'ils se courbaient sur le coté

Je trouve cela plutôt élégant

Inflexion de salutation gauloise Revere12
Revenir en haut Aller en bas
Moilogustos
Druide
Moilogustos

Nombre de messages : 1052
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptyMer 22 Avr 2020 - 17:19

Bonjour,

Pour le salut effectivement, c'est écrit dans Les textes de Pline....

Mais du coup en regardant point de vue "Guerrier" le sabre est à gauche du coup, pour moi c'est non conforme.....

Car il est dit (dans certains textes), que si l'on se présente coté droit.....On est en paix, par contre si l'on se présente du côté gauche, on est en conflit (car on montre l'arme donc en "guerre")

(d'où nos routes actuelles en France, nous roulons à droite....)

Ce qui confirme tes dires.....En temps de guerre (non en temps de paix....)

(il faut que je retrouve les textes....Embarassed )

Pour ton autre interrogation je cite

" Je ne sais pas s'ils laissaient la main sur la bouche ou s'ils la baissaient lorsqu'ils se courbaient sur le coté
Je trouve cela plutôt élégant"

Je ne veux pas dire de bêtise...Je ne sais pas....


Bien à toi
Revenir en haut Aller en bas
tasgos

tasgos

Nombre de messages : 311
Age : 38
Localisation : inter allobrogei ac lemouicei
Date d'inscription : 18/01/2016

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptyMer 22 Avr 2020 - 19:22

Moilogustos a écrit:
(...) Car il est dit (dans certains textes), que si l'on se présente coté droit.....On est en paix, par contre si l'on se présente du côté gauche, on est en conflit (car on montre l'arme donc en "guerre") (...) (il faut que je retrouve les textes....Embarassed )

J'ai trouvé un élément de réponse dans un passage du livre de la Guerre des Gaules, livre VII, chapitre L, " La ressemblance de leurs armes avec celles des Barbares alarma vivement nos soldats ; et quoiqu'ils eussent le bras droit nu, signe ordinaire de paix, ceux-ci crurent cependant que c'était un artifice de l'ennemi employé pour les tromper".

Cela indique en effet que le coté droit est la paix et le coté gauche est la guerre.
Il est d'ailleurs admis dans la pensé populaire, qu'un triskel qui tourne à droite (Dextrogyre) est signe de paix et à gauche (levogyre) est guerrier. J'ai d'ailleurs vu que le mot latin pour désigner la gauche est sinistra, soit le coté sinistre comme pour les celtes.
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Odacos Nemeton Rennina
Auetos

Nombre de messages : 4233
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptyVen 24 Avr 2020 - 12:28

Pline l’ancien, livre XXVIII, Chapitre V.

[1] Pour confirmer ce qui vient d'être dit, je veux en appeler au sentiment intime de chacun. Pourquoi, en effet, nous souhaitons-nous réciproquement une heureuse année au premier jour de l'an ? Pourquoi, dans les purifications publiques, choisit-on pour conduire les victimes des gens porteurs de noms heureux ? Pourquoi usons-nous d'adoration particulière pour prévenir les maléfices, invoquant la Némésis grecque, dont, pour cette raison, la statue est à Rome dans le Capitole, bien que cette déesse n'ait point de nom en latin (XI, 103) ? Pourquoi, lorsque nous parlons des morts, protestons-nous que nous n'en voulons point à leur mémoire ?

[2] Pourquoi croyons-nous que les nombres impairs ont pour toute chose plus de vertu, vertu qui se reconnaît dans les fièvres à l'observation des jours ? Pourquoi aux premiers fruits disons-nous que ceux-ci sont vieux, et que nous en souhaitons de nouveaux ? Pourquoi salue-t-on ceux qui éternuent, ce que Tibère, qui était certainement le plus sombre des hommes, exigeait, dit-on, même en voiture ? Quelques personnes trouvent qu'il est plus religieux alors de nommer ceux qu'on salue. Les absents (c'est une opinion reçue) sont avertis que l'on parle d'eux par le tintement de leurs oreilles. Attale [Phitométor] assure que si en voyant un scorpion on dit deux, l'insecte s'arrête, et ne pique point. Et, à propos de scorpion, personne en Afrique n'entreprend quoi que ce soit sans avoir prononcé auparavant le mot Afrique;

[3] tandis que dans les autres pays on commence par demander aux dieux leur bonne volonté. Est-on à table, nous voyons chacun ôter l'anneau qui est au doigt. Il est encore bien d'autres pratiques religieuses. En portant de la salive avec son doigt derrière son oreille, on croit adoucir les inquiétudes de l'esprit. Quand on veut marquer de la faveur le proverbe nous ordonne de nous presser les pouces. Pour saluer nous portons la main droite à la bouche, et nous tournons tout le corps à droite; inflexion que les Gaulois font à gauche, la regardant comme plus religieuse. Les hommes de toutes les nations s'accordent à frapper dans leurs mains quand il éclaire.

[4] Si dans un repas on vient à parler d'incendie nous répandons, pour écarter k présage, de l'eau sous les tables. On regarde comme un très mauvais présage de balayer le plancher quand quelqu'un se lève de table, ou d'ôter la table ou le buffet pendant que boit un convive. II y a de Servius Sulpicius, homme du premier rang, un écrit où il explique pourquoi il ne faut pas quitter la table; car de son temps on ne comptait pas encore plus de tables que de convives. Après un éternuement on regarde comme un détestable présage de rapporter un plat ou une table si l'un ne mange pas après cela quelque chose, ou de cesser complètement de manger.

[5] Ces pratiques ont été établies par ceux qui croyaient les dieux présents dans toutes les affaires et à tous les instants, et qui par cette piété nous les ont laissés propices, malgré nos vices. On a encore noté qu'il ne s'établit un silence complet et soudain dans une table que lorsque le nombre des convives est pair, et qu'il en résulte danger pour la considération de l'un quelconque d'entre eux. Anciennement on rendait un morceau tombé de la main, du moins à table; et on défendait de souffler dessus pour le nettoyer. On tire augure des paroles ou des pensées dans le moment où cet accident arrive, accident qui est du plus funeste présage s'il échoit à un pontife célébrant le repas de Pluton. L'expiation est de remettre le morceau sur la table, et de le brûler en présence du dieu Lare. On assure que les médicaments sont inutiles si avant de les administrer on les a posés par hasard sur une table.

[6] Se couper les ongles pendant les marchés de Rome sans dire mot et en commençant par l'index est regardé comme de mauvais augure pour les affaires pécuniaires. On dit que toucher à ses cheveux le dix-septième jour de la lune et le vingt-neuvième les empêche de tomber et préserve du mal de tête. Une loi rurale observée dans la plupart des métairies de l'Italie défend aux femmes en marchant dans la campagne de tourner leurs fuseaux, ou même de les porter découverts, parce que c'est contraire à toute chose espérée, et particulièrement aux moissons.

[7] II n'y a pas longtemps, M. Servilius Nonianus, prince de la cité, à la première crainte de l'ophtalmie, avant d'articuler le nom de mal, et avant que personne lui en eût parlé, portait au cou un papier enveloppé dans du linge, et marqué des deux lettres grecques P et  A : Mutianus, trois fois consul, portait de la même façon une mouche vivante dans un petit linge blanc; et ces deux personnages affirmaient qu'à l'aide de ces amulettes ils étaient préservés de l'ophtalmie. II existe contre la grêle contre plusieurs sortes de maladies, contre les brûlures, certaines incantations, dont quelques-unes même ont été éprouvées; mais, au milieu de la grande diversité des opinions, je n'ose les faire connaître, et là dessus je laisse chacun penser ce qu'il voudra. »


Le hic, si j’ose dire, est que Pline, dans son commentaire, ne parle pas de salutation d’homme à homme mais bien d’homme à dieu en fin de célébration.

« Pour s’adresser aux dieux, il convenait d’observer tout un cérémoniel, qui différait selon chaque dieu et chaque type d’invocation. Le prêtre devait rester debout en certains cas, s’asseoir en d’autres cas, s’agenouiller ; se tourner vers l’Orient ; tantôt lever les paumes vers le ciel, tantôt les retourner contre le sol. Il était interdit, lorsqu’il était assis pendant l’acte rituel, de croiser une jambe sur le genou. Durant tout le sacrifice, l’officiant devait rester en contact d’une main avec l’autel, dont il devait faire le tour, une fois les opérations achevées, avant de porter sa main droite à sa bouche, este qui donnait évidemment l’étymologie du mot ad-oratio.

La prière finie, était prévue une sorte de pirouette rituelle sur la droite ... » (Danielle Porte, « Le prêtre à Rome », p. 33)

Maintenant si le gaulois tourne à gauche, vers le nord, c’est peut-être, pour se tourner vers la résidence des dieux qui est située dans les îles au nord du monde ou pour satisfaire un tabou religieux qui l’incite à tourner comme tourne les étoiles. Mais du coup, celle rotation devrait être faite le soir ou la nuit (c’est ce que nous avons toujours fait à la Celt.Cert.Cred. et que nous continuons à faire au Nemeton Renninas) et dans l'autre sens en journée pour suivre la marche-du-soleil.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
tasgos

tasgos

Nombre de messages : 311
Age : 38
Localisation : inter allobrogei ac lemouicei
Date d'inscription : 18/01/2016

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptySam 25 Avr 2020 - 12:00

Je vous remercie Auetos, d'avoir replacé cette inflexion dans son contexte, lequel répond alors à un rituel sacré. Si j'observe le texte de Danelle Porte ci-nommée, alors la main portée à la bouche accompagnée de l'action de se courber, intervient en fin de circumambulation autour de l'autel. A gauche la nuit et à droite le jour il est vrai.
Il est vrai aussi que le nord est davantage sacré, traditionnellement étant hyperboréen pour les grecs, ou encore le lieu des tuatha dé danann pour les Irlandais.
Revenir en haut Aller en bas
Artuuiros
Druide
Artuuiros

Nombre de messages : 732
Age : 57
Localisation : Ferrières - Ardennes belges
Date d'inscription : 28/04/2012

Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise EmptyMer 29 Avr 2020 - 0:23

La razzia des Vaches de Cooley nous raconte qu'un adversaire de Cuchulainn fait tourner son char à gauche en signe de défi :

Citation :
Le cocher tourna à nouveau le char vers le gué. Ils présentèrent le côté gauche à l'assemblée en direction du gué. Laeg remarqua cela : "Le dernier conducteur de char qui était ici, il y a un moment, Ô Chien!", dit Laeg.
"Qu'y a-t-il à son sujet ?", dit Cuchulainn.
"Il présente vers nous le côté gauche en direction du gué".
"C'est Etarcumul, ô garçon, il recherche le combat contre moi."

Les textes mythologiques irlandais nous révèlent que la meilleure façon de se déplacer en tournant, c'est de le faire dans le sens apparent du soleil dans notre ciel, c'est-à dire de la gauche vers la droite. Ainsi, toujours dans la Razzia des vaches de Cooley, la reine Medb fait un tour vers la droite pour conjurer le mauvais sort.

Donc, se tourner vers la gauche pour présenter son côté droit risque fort d'être une gouaillerie à l'attention du Romain, à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Inflexion de salutation gauloise Empty
MessageSujet: Re: Inflexion de salutation gauloise   Inflexion de salutation gauloise Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Inflexion de salutation gauloise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: Civilisation et Société Celtique-
Sauter vers: